Actualité

Prison de Dijon : Un futur transfert à Chenôve ?

11/05/2011 | La Gazette de Côte d'Or n° 248 | Par Rédaction

Réagir Télécharger le numéro

Livraison prévue pour 2016

Un nouveau programme immobilier pénitentiaire a été présenté jeudi par le Garde des Sceaux Michel Mercier. Constructions et rénovations sont au programme. La vieille prison de Dijon fermera ses portes en 2015 ou 2016.

Prison-Dijon-copie

CONSTRUITE RUE d’Auxonne en 1856, la maison d’arrêt de Dijon est en fin de vie et sera amenée à disparaître en 2015 ou 2016. Le Garde des Sceaux Michel Mercier a en effet présenté jeudi le nouveau programme immobilier pénitentiaire destiné à mettre en conformité les prisons françaises, souvent vétustes et dépassées au niveau sécurité. Ainsi, le programme prévoit la construction de 25 établissements pénitentiaires (dont 2 en outre-mer), 7 extensions de capacité et la rénovation de 15 établissements supplémentaires par rapport aux annonces de juillet 2010 (cellules individuelles, développement des locaux d’activités et de sport, construction d’unités de vie familiale et de parloirs familiaux…), pour 36 fermetures.
Michel Mercier souhaite que le temps de l’incarcération soit « un temps utile, qui permette aussi aux détenus de préparer l’avenir. Nous ne pouvons y parvenir que si nous mettons en place les infrastructures adaptées » a-t-il déclaré lors de la présentation de ce projet d’envergure qui coûtera près de six milliards d’euros. Le nombre de places de détention sera porté de 56500 à 70000 places en 2018. Encore à peine suffisant puisque le 1er avril, 64148 personnes étaient incarcérées en France.
Au sein de la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Dijon, quatre prisons sont concernées par une fermeture :
c’est le cas de Chartres (112 places), de Troyes (113 places), Orléans (105) et Dijon (188). En juin 2009, le ministère avait dressé une première liste d’établissements amenés à être détruits en se fondant sur trois critères : la vétusté, l’impossibilité d’appliquer les dispositions de la loi pénitentiaire et la date de construction. Un dernier point, où c’est sûr, la maison d’arrêt de Dijon était clairement concernée, puisque construite avant 1900.
Deux sites sont ont été identifiés par la ville de Dijon, en périphérie, pour accueillir la nouvelle construction de 476 places : Europa Sud à Chenôve et Mont Blanc à Dijon. Selon le ministère de la justice, le site d’Europa Sud serait privilégié car il répond à plusieurs critères : « Il s’agit d’un terrain plat, bénéficiant d’un accès direct par 2×2 voies desservant l’Est de Dijon et proche du tribunal de grande instance et de l’hôpital. Il est correctement desservi par les transports en commun. » La prison de Dijon, dont la livraison est prévue pour 2016, va plus que doubler sa capacité d’accueil mais ne comprendra plus de quartiers de mineurs. Ils seront désormais incarcérés, comme pour l’ensemble de la Bourgogne, à Lyon.
Le maire de Chenôve Jean Esmonin, s’etonne quant à lui qu’ « une information d’une telle nature ait pu ainsi être rendue publique alors même que les élus principalement concernés n’ont pas fait l’objet d’une  concertation préalable ».





Votre nom :
Votre email :
L'email de votre ami :
Votre message (facultatif) :
Stromae blinde le Zénith
En savoir plus [+]
Télécharger le numéro 383 de La Gazette de Côte d'Or au format PDF Archives
Revenir en haut de page